La Tour Vivante  /  SOA
Tour de bureaux et de logements intégrant une ferme de production maraîchère intensive et son point de vente

SOA TOURVIVANTE rendu jour


TOUR VIVANTE

La Tour Vivante est un bâtiment de logements et de bureaux qui accueille une exploitation agricole. Elle associe donc lieu de production, lieu de consommation et espaces de vie. L'imbrication de ces programmes demande une adaptation respective et donne lieu à des échanges de différentes natures. Leur entrelacement, davantage que par simple superposition, exprime la fusion des programmes (logements/bureaux avec cultures) mais la distribution des logements est complexifiée et l'exposition des surfaces agricoles n'est pas optimisée. Les programmes s'adaptent l'un à l'autre : le logement permet l'intégration de la surface agricole et l'exploitation agricole recycle les déchets de la tour et nourrit ses habitants. D'une emprise au sol de 900 m2, la Tour Vivante s'érige sur trente étages avec une surface agricole de 7 000 m2 constituée d'un linéaire continu qui se développe sur 875 m.

 

AXO6 TourVivante

 

D'une hauteur de 112 m, la Tour Vivante est constituée de 30 étages et oppose « pleins » et « vides » par un jeu topographique. Les « pleins » répondent systématiquement aux exigences du logement et des bureaux en termes de confort, d'isolation thermique et acoustique et d'ensoleillement, tandis que les « vides » accueillent des serres agricoles.

La conception de la structure est fortement associée au parti architectural de la tour. Son système structurel repose entièrement sur la technologie béton. L'idée d'une opposition entre espaces pleins (bureaux et logements) et espaces vides (cultures) exige de construire une tour sans porteurs périphériques. Pour atteindre cet objectif, le noyau central de la tour est structuré pour reprendre les efforts de contreventement et la totalité des descentes de charge. La raideur du noyau est assurée par un empattement supplémentaire de 2 m constitué d'une trame de voiles à partir desquelles des consoles traversantes soutiennent les planchers. Elles assurent la raideur aux extrémités et reprennent la charge des panneaux de façade préfabriqués en matériaux légers.
Ce système constructif permet d'associer de manière cohérente structure, espace architectural et fonction. En effet, le principe de bande périphérique autour d'un noyau accueille alternativement les pièces humides des logements, les sanitaires et les locaux utiles des bureaux ainsi que des espaces techniques pour les serres agricoles. Cette bande périphérique de 2 m accueille la totalité des locaux humides et techniques de la tour, simplifiant ainsi les descentes de gaines.

 

SOA TOURVIVANTE rendu serres

 

rendement
Tomates
Culture en hydroponie
Rendement 607 T/an
128 fermes

Indice base
Emprise au sol : 1 200 m2
Surface annexe : 6 700 m2
Choix des essences : maraîchère
Surface cultivable : 1,2 ha
Hauteur : 112 m


Tour vivante soa 


 

Cityscape Tour vivante

 

Situées au sommet de la tour, deux grandes éoliennes orientées vers les vents dominants produisent de l'électricité. L'une alimente l'ensemble des locaux en courant faible et l'autre une station de pompage qui permet de remonter au sommet l'ensemble des eaux de pluie récupérées sur le site afin d'alimenter les cultures.
Les serres agricoles agissent comme un poumon vert au cœur de la Tour Vivante. Elles favorisent le contrôle des apports solaires et la régulation thermique entre nord et sud. En hiver, la chaleur est stockée dans les éléments massifs du noyau de béton. En été, les volumes intérieurs sont régulés hygrométriquement par l'évaporation de l'eau contenue dans les végétaux.Enfin, une étude permettra d'envisager un système en double flux pour favoriser des échanges thermiques entre les logements et les serres dans la mesure où celles-ci doivent être chauffées.

La Tour Vivante est implantée à la manière d'une tour classique. Elle est donc restreinte aux zones urbaines de grande hauteur. En revanche, son principe architectural peut être largement décliné : entrelacement, juxtaposition dans la profondeur, superposition. De plus, la partie programmatique des logements-bureaux peut être remplacée par un programme de même nature (uniquement logements, bureaux, administration, commercial...). Quoi qu'il en soit, il s'agira toujours d'une architecture combinant plusieurs programmes. Cette architecture d'assemblage, de plus en plus courante, offre à la Tour Vivante une grande capacité de réplication. L'aspect potentiellement inquiétant ou mystérieux de la serre agricole en ville est atténué par le caractère domestique des logements et l'usage quotidien des bureaux.

 


SOA TOURVIVANTE rendu bureau

 

 


SCHEMA7 Tourvivante

Plan d'étage type

 


Contrairement aux autres Fermes Verticales, la Tour Vivante ne ressemble pas aux serres horticoles car les surfaces cultivées ne sont ouvertes qu'en façade. Elle ne constitue pas de paysage vertical vert au même titre que certaines autres structures. De même, son architecture ne remplace pas le parc et ne met pas non plus particulièrement en valeur la présence végétale. En revanche, l'environnement intérieur de la tour est totalement investi par la végétation ; les habitants sont projetés dans ces champs d'un nouveau genre grâce à des vues directes depuis leurs appartements.

L'espace cultivable étant organisé en un long ruban continu de 875 m depuis la rue jusqu'au sommet, desservi quasiment à chaque étage, il est envisageable de le segmenter afin de permettre à différents agriculteurs de les exploiter. La mise en commun de l'eau, de circuits de nutriments et de locaux annexes se prête particulièrement au schéma de la coopérative. Enfin, l'imbrication de l'espace agricole avec les logements rend particulièrement pertinent un fonctionnement économique de type AMAP où les consommateurs financent la production de légumes cultivés sous leurs yeux. Dans ce type de procédés, l'échange entre producteur et consommateur se passerait totalement de transport, d'intermédiaire et de point de vente.

L'ensemble des habitants et des visiteurs est en relation directe avec des espaces cultivés et donc intéressé par le fonctionnement de ce nouveau type de cultures et de ses échanges avec l'immeuble d'habitation. Partant du principe que les cultures maraîchères sont en partie alimentées par les déchets de la tour, on peut imaginer que les habitants soient impliqués dans la gestion de leurs déchets, destinés à la production de leur alimentation.


SOA TOURVIVANTE int

SOA TOURVIVANTE coupe

 SOA TOURVIVANTE facade

 


TOUR VIVANTE / LES LIMITES

ARCHITECTURE URBAiN ORGANISATION SOCIALE
Morphologie
Opposition Pleins/vides
Assemblages programmatiques
Implantation
Zones urbaines de grande hauteur
Image domestique
Activité / Emploi
Diversité des cultures
Multiexploitants
Construction
Noyau double peau fonctionnel
Béton
Paysage
Paysage intérieur
Savoir faire / Pédagogie
Mutualisation
Implication des habitants


La Tour Vivante explore les limites de comptabilité entre architecture et agriculture et interroge la pertinence de fusionner lieux de vie et lieux de production.
Loin d’ une image d’autarcie futuriste et de survivance, la Tour Vivante s’érige fièrement comme un geste architecturale ambitieux : sa forme sculpturale irrégulière et libre contraint la logique agricole à se loger dans les vides de ses entrailles. L’homme habite et dompte la nature. Dans cette fusion nature-culture, l’homme a gagné sa liberté de créer sans se soumettre à la répétitivité de l’exigence technique.
Car si elle était conçue d’abord sur des critères agricoles, la tour ne serait qu’un système parfaitement réglé, répété verticalement, associant deux types de constructions adaptées à leurs destinations réciproques. Or, ici, la construction ignore cette distinction fondamentale et le mode constructif est unique. Pas de construction modulaire, pas d’extension, de Plug. Pas non plus d’exploitation du dessus, du coté. C’est le corps même qui abrite les deux programmes. Le mètre carré de serre horticole demande autant de mise en œuvre que celui de l’habitation !
Mais cette ineptie n’empêche pas l’objet de nous fasciner car il raconte l’ambivalence de notre rapport à la nature, nos pulsions visant à la sublimer et à la terrasser en même temps.



SOA TOURVIVANTE rendu nuit

 

 

SOA TOURVIVANTE rendu axo

 

Ajouter un Commentaire

RSS

ACTUALITÉS LUA



Vivant et la Ville

14/11/2013

les ateliers du vivant & la ville - solutions alternatives pour une ville durable

Les Fermes de Gally interviennent lors de la prémière édition des Ateliers du Vivant & la Ville qui se tiendra le 14 novembre au Palais de Congrès de Versailles.

> Programme



Vivant et la Ville

14/11/2013

les ateliers du vivant & la ville - solutions alternatives pour une ville durable

Les Fermes de Gally interviennent lors de la prémière édition des Ateliers du Vivant & la Ville qui se tiendra le 14 novembre au Palais de Congrès de Versailles.

> Programme


melting 024/09/2013

AGRICULTURE URBAINE - FOLKLORE OU SOLUTION DU FUTUR ?

Ce soir, Augustin Rosenstiehl et Jean-Christophe Aguas seront les invités d'Hélène Binet et Lionel Guérin pour l'émission Melting Popote, rendez-vous mensuel organisé par la Gaité Lyrique.

Infos 

À l'affiche

Superstudio02/12/2013

Mangerons-nous encore ensemble demain ?

Dans le cadre du cycle "Nourrir la planète", Claude Fischler, directeur de recherche au CNRS et directeur du Centre Edgar Morin à Paris, à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, interviendra à l'ENSCI sur la question "Mangerons-nous encore ensemble demain ?"

Jeudi 5 décembre 2013, à 18h30, salle Viénot 2

> Infos



Chair Unesco24/01/2013

vers de nouveaux modes de consommation ? colloque annuel de la chaire d'unesco alimentations du monde

La consommation alimentaire des ménages est identifiée comme un enjeu majeur en matière de durabilité, notamment pour réduire les impacts des activités humaines sur l'environnement et améliorer la santé des populations. Dès lors se pose la question des incitations possibles (et de leur efficacité) pour faire évoluer les modes de consommation alimentaire. Quels sont les leviers et les freins qui peuvent intervenir dans l'accompagnement des changements de pratique ? Quelle en est l'acceptabilité par les consommateurs ? Quels types de modèles alternatifs participent au changement ?

Vendredi 31 janvier 9h - 18h

Montpellier SupAgro

> Inscription obligatoire

> Plus d'information


Agro Paris Tech-2 dispute15/01/2014

La ville, peut-elle nourrir ? les disputes d'agroparistech

La deuxième table ronde suivi d'un film documentaire se consacre à la place que l'agriculture urbaine a réellement dans nos assiettes.  Pour participer, inscrivez-vous sur le site d'AgroParisTech.

Jeudi 23 janvier à 18h00

Site web